Huguette Conilh

 


 

 

VanouVousLivre : Bonjour Huguette Conilh, merci de participer à Un Auteur à la Une

 Huguette Conilh: Merci à vous surtout de bien vouloir m'accueillir dans votre « antre des mots »

VanouVousLivre : Je suis ravie d'échanger avec vous depuis quelque temps et d'apprendre doucement à vous connaître. Je suis certaine que vos lecteurs aimeraient en savoir davantage sur vous. Pourriez-vous nous parler un peu de vous ?


Huguette Conilh: C'est toujours compliqué de parler de soi, on a l'impression de faire étalage de détails qui n'intéressent que soi, justement. J'habite un petit village du Lot-et-Garonne : moins de 300 âmes, 8 km de superficie, le bonheur total pour écrire. Je ne sais pas si mon accent chante dans mes récits, mais je peux vous dire qu'il swingue allègrement dans ma voix. Je suis  maman de quatre grands enfants et de six petits-enfants. J'ai exercé pendant vingt ans le difficile et beau métier d'aide médico-psychologique auprès d'un public adulte polyhandicapé. J'occupe actuellement une fonction d'auxiliaire de vie scolaire auprès d'enfants en situation de handicap. Je travaille en école maternelle où j'anime aussi des ateliers d'écritur.


VanouVousLivre : Ce qui nous réunis ici c’est l’amour des livres. Lesquels attirent votre préférence ? Des auteurs fétiches ?

 

Huguette Conilh: J'ai lu beaucoup de classiques dans ma jeunesse, ce sont eux qui ont forgé ma plume, je suppose. J'étais une fan inconditionnelle de Pearl Buck, Cronin, de styles plus légers et plus proches de nous aussi, comme Patrick Cauvin et Claude Courchay. J'ai lu beaucoup de biographies d'auteurs et de poètes. Je voue une admiration sans bornes à Victor Hugo qui a enchanté mes années collège. Aujourd'hui, je suis plutôt fantastique/fantaisie/vampirisme et autre joyeusetés aussi sanglantes que fictives. J'adore la fantaisie parce qu'elle met en scène un monde qui n'existe pas, peuplé de races inconnues sur des terres improbables.  


Le Seigneur des Anneaux est ma trilogie culte, bien sûr. Sinon, j'ai hanté les mondes de Goodkind (L'épée de vérité a été un beau moment de partage avec une de mes filles), Robin Hobb, David Eddings, Gemmell... et bien sûr Charlaine Harris et sa communauté du Sud



VanouVousLivre : Devenir écrivain, c’est un rêve d’enfant où l’écriture est venue plus tard ? Avez-vous une méthode d’écriture ?

 

Huguette Conilh: Qui est écrivain ici ? Je suis auteur et ça me suffit. Ne sommes-nous pas tous auteurs de ce que nous produisons ? J'ai la chance d'avoir appris à lire avec une grande facilité, et l'amour de la lecture m'a tout naturellement conduite à l'amour des mots : les savourer d'abord et les poser un jour sur le papier. Je n'ai jamais cessé d'écrire depuis mes premières années d'école, des petites choses que j'ai perdues, d'autres que j'ai gardées comme des reliques, notamment les personnages de mon premier roman qui sont nés dans mes années collège.


Chaque auteur a sa façon d'écrire, ses recettes qui quelquefois ne marchent que pour lui. Il n'y a pas de règles. Certains font des plans, d'autres non. Pour ma part, j'ai un thème de départ, une idée qui se dégage de ce thème, un fil rouge à l'intérieur du thème que je suis tout au long de l'histoire. Je sais comment le récit commence et comment il finit avec quelques grandes lignes au milieu. C'est tout. Je n'aurais plus envie d'écrire l'histoire si j'en connaissais les moindres détails, raison pour laquelle je ne fais pas de plan détaillé. En revanche, je construis des fiches détaillées de chaque personnage, une biographie assez complète. J'écris aussi des choses du passé, une sorte de synopsis de ce qui se passe juste avant que le récit commence. Ça me permet de savoir précisément pourquoi mes personnages agissent de cette façon aujourd'hui. Pour mon troisième roman, j'ai expérimenté la méthode en flocons ; elle m'a beaucoup aidée. Il faut autant de temps pour trouver sa méthode que pour trouver sa voix en écriture.



VanouVousLivre : J’ai dévoré votre nouvelle « Apocalypse Snow ». Le titre à lui seul est intriguant et la couverture très belle. De quelle partie de votre imagination est sortie cette nouvelle si… atypique ?

 


Huguette Conilh: On dit que les histoires ont elles-mêmes une histoire. C'est en tout cas ce que j'aime à dire. Je dois l'écriture de cette nouvelle à mon amie Oxanna Hope. C'est elle qui m'a poussée à faire cet essai, transformé pour le coup. Je l'ai déjà dit, je lis du fantastique mais je n'en écris pas. Apocalypse Snow est l'exception qui confirme la règle et, qui le sait, peut-être aura-t-elle dans un proche avenir des petites sœurs. Pour ce qui est de l'imagination, j'y ai mis une part de psychologie, ce qui m'a permis de rester dans mon domaine de prédilection. Passé de travailleuse sociale oblige.

 

VanouVousLivre : Avez-vous écrit d'autres
nouvelles et/ou roman ? Pourriez-vous nous en parler et nous donner envie
d'aller les découvrir ?


Huguette Conilh: J'ai écrit un premier roman sentimental, paru dans la collection Amorosa des Nouveaux-Auteurs. Il porte un titre très marketing La Vallée de l'amour. Il s'agit d'un roman à deux voix ; l'histoire d'une femme qui revient chez elle, en Espagne, après cinq ans d'absence. Au cours de ses nuits sans sommeil, elle raconte à son fils sa rencontre avec les deux hommes qu'elle a aimés, les circonstances de la mort de l'un d'eux, et le secret qui la hante et qu'elle se doit d'avouer à son enfant. Parallèlement, son ami d'enfance intervient dans l'histoire pour apporter un autre éclairage aux faits. J'en ai récupéré les droits récemment et le roman est en recherche d'éditeur


Le second est un roman noir paru en juillet 2013 aux éditions du Bord du Lot. Il raconte le parcours que devra faire une jeune fille, mutilée à vie après une agression, pour se reconstruire. Le style est très différent du premier, volontairement jeune et moderne. C'est ma passerelle des générations comme je l'appelle. Ce roman, qui a été qualifié de « chronique rurale vivante et riche de détails » par Tibo Bérard des éditions sarbacane à qui je l'avais adressé, n'a eu qu'une vie locale. Il paraîtra dans sa version numérique et remaniée chez Num éditeur en septembre 2015, sous le titre La liste de Miss Zapping. Je tiens beaucoup à ce roman et j'ai vraiment hâte de vous le faire découvrir.


http://www.numediteur.com/


Les Ignobles, paru en janvier 2015 chez L'ivre-Book est mon troisième roman. Le thème en est la tolérance envers toutes les différences, notamment au travers de l'histoire d'un couple homosexuel et de leur propriétaire, un homme handicapé et peu facile à vivre de surcroit. L'arrivée d'un enfant dans le couple, qui n'est autre que le frère de l'un des deux hommes, va mettre à jour des vérités peu avouables.


http://www.livre-book-63.fr/127-les-ignobles-9782368921111.html



Cas mille, nouvelle en téléchargement gratuit, préquel du roman, raconte la  découverte de son homosexualité par le  personnage principal et sa rencontre avec celui qui le révèlera à lui-même


VanouVousLivre: Dans quelle catégorie rangeriez-vous votre roman les ignobles?

Huguette Conilh: Les Ignobles est un roman contemporain, un drame psychologique. Si je devais le « catégoriser », je dirais qu'il s'agit d'un roman LGBT (Lesbienne/gay/bisexuel/transsexuel-transgenre), et non d'une romance M/M (Mâle/Mâle). Cela parce qu'il transmet un message de tolérance envers les différences.

VanouVousLivre: Les ignobles est une histoire tirée de faits réels. Vous considérez-vous comme une biographe comme une conteuse ?

Huguette Conilh: Je suis contente que vous me posiez cette question, car ce roman n'est pas du tout biographique, et c'est pourtant ce que je lis un peu partout.

En fait, il s'agit d'une histoire tout à fait fictive où j'ai voulu mettre en scène un de mes amis homosexuels. Quelques éléments de la découverte de sa propre homosexualité sont véridiques, mais lui et moi sommes les seuls à connaître ces détails. Ce roman est un hommage à un ami qui voulait être le héros d'une de mes histoires, c'est tout.

VanouVousLivre: Quelles sont vos autres projets littéraires actuels et futurs?


Huguette Conilh: Déjà, dans un premier temps, essayer de mieux cibler mes projets d'édition, ne pas courir à tout prix après les publications et prendre le temps de choisir le bon éditeur d'un projet en particulier. Trouver donc un éditeur pour mon (premier) roman sentimental " Azul", dont j'ai récupéré les droits récemment. Reprendre l'écriture de romans en cours, un sur le thème de l'adoption, un autre sur le thème LGBT, un parcours de vie atypique, puis la suite d'Azul que j'avais abandonnée à l'époque à mi-parcours.

Tout cela pour ne pas écouter la petite voix qui me souffle d'écrire un autre roman dans la même veine que La Liste de Miss Zapping. Bref, des dilemmes que connaissent bien tous les auteurs.


VanouVousLivre : Un mot pour la fin ?


Huguette Conilh: Je crois qu'il y a très peu d'idées neuves dans la littérature. Je ne cherche pas à innover. Comme je l'ai dit, ce qui m'intéresse c'est de mettre en scène des personnages et de voir comment ils vont se débrouiller dans la situation où je les ai placés. Je crois que le plaisir de la lecture réside dans la façon dont l'histoire est racontée, dans l'empathie qui se crée entre les personnages et le lecteur, dans l'atmosphère du livre et la complicité que l'auteur tente d'entretenir avec son lecteur. C'est en tout cas la raison pour laquelle j'ai un jour osé aller au devant du lecteur.


VanouVousLivre : Un grand merci pour le temps accordé à cette petite interview et je vous souhaite tout le succès possible !  


Huguette Conilh: Merci à vous pour votre confiance, ce fut un grand plaisir d'échanger avec vous. À défaut de succès, j'espère que des lecteurs auront envie d'ouvrir un de mes livres.


Ma chronique pour "Les ignobles" : http://vanou-vous-livre.webnode.fr/news/les-ignobles/


 





Page Facebook de l'auteure : https://www.facebook.com/Huguette.Conilh.officiel

Site de l'auteure : https://huguetteconilh.wordpress.com/

Editions Lune Ecarlate

Chronique d'Apocalyse snow


Comment Box is loading comments...